Grève des bagagistes: pas de service minimum prévu dans les aéroports

Action syndicale, mardi, dans le hall des départs de l’aéroport de Bruxelles
: la grève du personnel d’Aviapartner a remis le «
service minimum
» sur la table des débats.
Action syndicale, mardi, dans le hall des départs de l’aéroport de Bruxelles : la grève du personnel d’Aviapartner a remis le « service minimum » sur la table des débats. - Eric Lalmand/ Belga.

La brutalité avec laquelle elle a été déclenchée, sans aucune forme de préavis, et la longueur dans laquelle elle s’est inscrite (ce mardi après-midi, ça fait six jours), la grève du personnel d’Aviapartner a immanquablement remis le « service minimum » sur la table des débats. C’est un sujet récurrent, sorte de pendant indissociable à « la prise en otage des passagers/clients/consommateurs ». La notion est toutefois très théorique dans ce cas-ci ou, plus largement, dans le secteur aérien, voire le transport. En Belgique, l’accord gouvernemental fédéral prévoyait la garantie d’une continuité de service dans le domaine ferroviaire (SNCB et infrabel) et « un service garanti en cas de grèves » chez Belgocontrol (contrôle aérien) mais pas vers d’autres activités du secteur aérien ou autre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct