Peste porcine: les chasseurs entrent dans la lutte, bon gré mal gré

La pose de clôtures visant à empêcher les sangliers de migrer vers le sud se poursuit entre Virton et Aubange. © Belga.
La pose de clôtures visant à empêcher les sangliers de migrer vers le sud se poursuit entre Virton et Aubange. © Belga.

Cela fait un mois et demi que la peste porcine africaine (PPA) a fait son apparition en Lorraine et, en six semaines, les conséquences économiques sont déjà bien marquées pour le secteur forestier (exploitants, entrepreneurs de travaux forestiers, pépiniéristes, scieurs, communes), pour les éleveurs porcins, pour les chasseurs, les commerces de gibier et, dans une moindre mesure, le secteur touristique et horeca.

Alors que les premiers coups de l’hiver sont arrivés ce mardi, la pose des barrières de protection se poursuit de façon intensive dans la zone interdite, à savoir entre la zone noyau et la zone tampon. 13,5 km ont été installés la semaine dernière entre Valansart et Virton, et 18 autres km sont en cours de montage entre Virton et Aubange, afin de limiter une éventuelle migration des animaux du nord vers le sud. Une troisième ligne de protection a par ailleurs été commandée par le ministre Collin dans la région de Hachy, afin de limiter une propagation vers le nord et la forêt d’Anlier.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct