Friedrich Merz, l’anti-Merkel

© EPA
© EPA

Depuis Berlin

Avec Friedrich Merz, c’est « retour vers le futur ». Après 10 ans d’absence, l’ancien président du groupe parlementaire des conservateurs revient sur le devant de la scène politique en posant sa candidature à la succession d’Angela Merkel à la tête du Parti chrétien-démocrate (CDU).

Pour les plus jeunes, c’est un inconnu. « Je m’appelle Friedrich Merz », a-t-il lâché ce mercredi lors de sa première conférence de presse. Ce revenant de la politique allemande, actif dans le privé depuis 10 ans, attendait son heure, dans l’ombre. Un « agent dormant » qui rêvait d’une revanche contre celle qui l’avait écarté du pouvoir en 2002 en lui ravissant sa place de leader de l’opposition.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct