«Comme dans les années 30», dit-il

Dans un récent entretien accordé à «
Ouest France
», le président français n’a pas caché sa préoccupation face au crédit que certains accordent aux représentants de la droite (très) dure parvenus au pouvoir un peu partout dans le monde.
Dans un récent entretien accordé à « Ouest France », le président français n’a pas caché sa préoccupation face au crédit que certains accordent aux représentants de la droite (très) dure parvenus au pouvoir un peu partout dans le monde. - © REUTERS.

En 1930, en Allemagne, la chancellerie était occupée par un clone d’Emmanuel Macron nommé Brüning, homme politique de centre droit qui, au prix de sa popularité, avait dû prendre des mesures financières énergiques pour tenter de juguler la grande crise. Or, comme Macron, il fut aussitôt pris en tenailles par l’aile droite de la droite et l’aile gauche de la gauche.

A droite, les nationaux conservateurs de Hugenberg, qui possédaient une énorme force de frappe médiatique, avaient conclu une alliance électorale avec les nationaux socialistes d’Adolf Hitler dont ils pensaient que, encore très minoritaires, ils leur fourniraient une simple force d’appoint.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct