Kursk On n’est pas totalement ému

<span>Kursk</span> On n’est pas totalement ému

Août 2000, mer de Barents. Parti en mission d’entraînement, le Koursk, sous-marin nucléaire russe, sombre après une série d’explosions. À son bord, 118 hommes d’équipage dont certains survivront aux explosions mais qui mourront dans une lente agonie car les autorités russes ont refusé l’aide internationale pour les secourir. Un événement hautement politique, symbolique, que Thomas Vinterberg choisit d’explorer dans Kursk, film mêlant réalité et fiction.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct