Lettre du Brexit: Theresa May, nous voilà!

Edition numérique des abonnés

Les difficiles négociations entre Londres et Bruxelles sur le Brexit ont totalement occulté la fameuse relation privilégiée anglo-américaine. A l’évidence, la critique de Donald Trump de la stratégie d’un départ « doux » poursuivie par la Première ministre, Theresa May, et son soutien aux Brexiteers les plus ultras, ont ébranlé la solidité du lien bilatéral.

Ainsi, les Britanniques, qui ont la rancune tenace, n’ont jamais pardonné au Président américain l’humiliation infligée à la reine Elizabeth II lors de sa rocambolesque visite officielle faite à Londres le 13 juillet 2018. Trump avait passé en revue les gardes royaux au château de Windsor en la précédant au mépris du protocole.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct