Thomas Vinterberg: «Je ne voulais pas faire un film qui pointe Poutine du doigt»

Thomas Vinterberg: «Je ne voulais pas faire un film qui pointe Poutine du doigt»

Au milieu des années 90, il co-fondait avec Lars von Trier le Dogme 95, ce mouvement cinématographique qui entendait « purifier » la réalisation de film en minimisant notamment l’utilisation d’effets spéciaux.

Vingt ans plus tard, Thomas Vinterberg change son fusil d’épaule avec Kursk, film d’auteur aux accents de grand spectacle hollywoodien. Partant du naufrage du Koursk, sous-marin nucléaire russe enfoui en mer de Barents le 12 août 2000, le projet se penche sur le destin des survivants laissés pour compte et de leurs familles.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct