Weber, prochain président de la Commission européenne, si…

La chancelière Angela Merkel a été l’une des premières à féliciter son compatriote Manfred Weber après son intronisation pour conduire la campagne des Européennes par le congrès du PPE.
La chancelière Angela Merkel a été l’une des premières à féliciter son compatriote Manfred Weber après son intronisation pour conduire la campagne des Européennes par le congrès du PPE. - EPA.

Depuis Helsinki,

Les jeux sont faits. Elu tête de liste ce jeudi matin par le congrès du Parti populaire européen (PPE, droite modérée) à Helsinki avec 79,5 % des voix contre 20,5 % récoltés par son challenger finlandais Alexander Stubb, Manfred Weber devrait être le président de la prochaine Commission européenne : si…, si… et si…

En vertu d’un processus – celui des « spitzenkanddaten » – que les forces politiques majeures du Parlement européen (PE) avaient réussi à imposer aux chefs d’Etat ou de gouvernement en 2014, c’est la tête de liste – on dit le « spitzenkandidat » – du parti qui obtient le plus de sièges au PE qui a la main pour s’assurer d’une majorité puis forcer la main aux « chefs », afin d’être désigné par eux comme président de la Commission. Un mécanisme qui avait bien fonctionné pour Jean-Claude Juncker.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct