Cantines scolaires: bien manger, une affaire d’éducation

Pendant que les élèves découvrent dans un joyeux brouhaha leur plat «
circuit court
», en cuisine, on pense déjà au repas du lendemain.
Pendant que les élèves découvrent dans un joyeux brouhaha leur plat « circuit court », en cuisine, on pense déjà au repas du lendemain. - Pierre-Yves Thienpont/ Le Soir.

C ’est quoi les trucs orange sur la soupe ? » Devant le potage du jour à la cantine de l’Athénée royal d’Esneux en région liégeoise, quelques adolescents sont attroupés. Des regards suspicieux inspectent les bols préparés en amont du rush de midi. « C’est du butternut, explique patiemment Katty, la cuisinière en chef de l’établissement. Une courge en forme de grosse poire qui a un goût crémeux très doux… C’est la ferme de la Grande Chevée, juste à côté, qui l’a cultivée : que du bio ! » À moitié convaincus, les jeunes se saisissent tout de même d’un petit bol, poursuivant leur chemin vers la suite du self-service.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct