Trois visions s’opposent autour du sort de l’Avenir

Face au parlement wallon, Jos Donvil le patron du pôle télécom/média de Nethys en a pris pour son grade.
Face au parlement wallon, Jos Donvil le patron du pôle télécom/média de Nethys en a pris pour son grade. - Bruno Dalimonte

Initialement, c’était le sort des Editions de L’Avenir (EDA) et plus globalement de l’avenir de la presse quotidienne francophone qui étaient au menu d’une séance exceptionnelle d’auditions au Parlement wallon. Celle-ci réunissait des députés de la commission économie et des députés de la commission média du Parlement de la Communauté française. Le second point a finalement été largement occulté. L’annonce, le 23 octobre dernier, de la suppression d’un quart des effectifs des EDA (60 emplois) a eu pour effet prévisible de resserrer les débats autour du plan de restructuration de L’Avenir et des différents scénarios pour assurer son sauvetage.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct