La chroniqueuse Constance, irrécupérable et libre

Dans ses sketches, on croise tout un tas de bonnes femmes plus ou moins détraquées. «
Des gens qu’on croise tous les jours dans la vie. Un peu névrosés, oui… mais on est tous un peu névrosés
».
Dans ses sketches, on croise tout un tas de bonnes femmes plus ou moins détraquées. « Des gens qu’on croise tous les jours dans la vie. Un peu névrosés, oui… mais on est tous un peu névrosés ». - Astrid Gavard

Cela fait treize ans que cette Picarde blonde, « absolutely fabulous » auraient pu dire les Britons, écume en solo les scènes humoristiques. Elle sera à Bruxelles (au Fou rire) pour deux soirs, les 23 et 24 novembre. Avec un spectacle, « Pot-pourri », dont elle dit que «  s’il était un plat, ça serait une sorte de hachis parmentier avec des vrais morceaux de Constance à l’intérieur . » Autrement dit, un best-of, avec des anciens sketches mais aussi des nouveaux.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct