Centenaire de l’armistice: Macron, (presque) tous derrière et lui devant

©AFP
©AFP

Depuis Paris

De notre envoyée permanente

Il aura fallu bien des sourires, des mains posées sur l’avant-bras de son invité, des compliments en anglais pour flatter son «  good friend  » et exalter «  les meilleurs alliés  » du monde. Emmanuel Macron a dû déployer ce samedi ses talents de cajoleur pour décrisper un Donald Trump très tendu en arrivant à l’Elysée et ainsi éviter que son grand week-end diplomatique ne commence d’emblée par une foire d’empoigne.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct