Alaa al-Aswany: «Avec le temps, la révolution finira par gagner en Egypte»

«
L’armée devait protéger le système démocratique et éviter une guerre civile, mais elle a pris le pouvoir.
»
« L’armée devait protéger le système démocratique et éviter une guerre civile, mais elle a pris le pouvoir. » - Reuters

Depuis Paris

Il ne fait pas bon écrire dans l’Egypte contemporaine. Surtout librement. Malgré quoi, Alaa al-Aswany, le « dentiste-écrivain » devenu célèbre il y a seize ans avec le best-seller L’Immeuble Yacoubian, publie chez Actes Sud un nouveau livre, J’ai couru vers le Nil, qui couvre l’année 2011, quand une partie de la population s’est soulevée contre le régime. Depuis, l’armée (et le général Sissi) a repris le pouvoir d’une main de fer. Nous avons rencontré Al-Aswany à Paris il y a quelques jours.

Dans vos livres, votre dissection de la société égyptienne dégage un fort parfum politique. Pensez-vous que l’écrivain a un rôle politique à jouer ?

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct