Temps de jeu limité, désillusions...: l’Angleterre n’a rien d’une terre promise pour les jeunes footballeurs

«
Je ne pensais pas que Dedryck jouerait si peu quand nous avons reçu l’offre de Manchester City, explique le père du jeune Bruxellois. Vous savez, j’ai moi-même été footballeur et je ne voulais pas priver mon fils d’une aussi belle occasion de percer.
»
« Je ne pensais pas que Dedryck jouerait si peu quand nous avons reçu l’offre de Manchester City, explique le père du jeune Bruxellois. Vous savez, j’ai moi-même été footballeur et je ne voulais pas priver mon fils d’une aussi belle occasion de percer. » - Belga

Dedryck Boyata est âgé d’à peine 16 ans lorsque, évoluant dans la défense du FC Brussels, il se distingue lors de la Milk Cup, un tournoi réservé aux juniors qui se tient chaque été sur la côte nord de l’Irlande. Quelques jours plus tard, son père reçoit un coup de fil du représentant bruxellois de Manchester City. « Leur vitesse de réaction nous a beaucoup impressionnés, les autres clubs ont été trop lents », se souvient son père, Bienvenue Boyata.

Après de nouveaux tests couronnés de succès à Manchester, l’adolescent réalise le transfert qui allait changer sa vie. Dix ans ont passé, son père regrette aujourd’hui de ne pas s’être opposé à ce qui ressemblait pourtant à l’accomplissement d’un rêve.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct