La colère des «gilets jaunes» inquiète l’Elysée

Voilà plusieurs semaines que le mouvement des «
gilets jaunes
» est né sur les réseaux sociaux. Et l’Elysée craint ce mouvement incontrôlable qui n’est encadré par aucun syndicat.
Voilà plusieurs semaines que le mouvement des « gilets jaunes » est né sur les réseaux sociaux. Et l’Elysée craint ce mouvement incontrôlable qui n’est encadré par aucun syndicat. - AFP.

Depuis Paris,

Tout faire pour éviter le «  bololo  » (le bordel, en argot), pour reprendre le mot du Premier ministre Édouard Philippe. Alors que le mouvement des « gilets jaunes » menace de bloquer le pays samedi, c’est le branle-bas de combat dans l’exécutif. Le signe d’une fébrilité certaine devant cette colère sociale atypique née de la hausse du prix des carburants.

«  L’addition des blocages et des colères ne fait pas un projet pour le pays  », a averti mercredi soir Emmanuel Macron, invité du journal de vingt heures de TF1. Il a dit comprendre l’impatience des Français. «  Mais regardons les choses en face : les trois quarts de l’augmentation à la pompe sont dus au cours mondial du pétrole  », a-t-il souligné.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct