Peste porcine: pourquoi deux zones restent interdites jusqu’au 15 janvier… minimum?

A ce jour, 377 sangliers ont été prélevés dont 328 dans le périmètre infecté. 167 carcasses se sont révélées viropositives.
A ce jour, 377 sangliers ont été prélevés dont 328 dans le périmètre infecté. 167 carcasses se sont révélées viropositives. - Photo News.

Ce mercredi 14 novembre, la deuxième date butoir du confinement du territoire lorrain de 63.000 hectares touché par la peste porcine africaine arrivait à échéance. Pour rappel, après un premier mois (14 septembre-14 octobre) de confinement absolu de la zone, le gouvernement wallon avait scindé ce territoire en trois zones pour la période s’étendant du 15 octobre au 14 novembre, à savoir une zone noyau hyper protégée, une zone tampon aux critères d’accès presque aussi serrés et une zone d’observation un peu plus accessible, l’objectif majeur étant d’éviter la propagation de la maladie.

Ce mercredi, le gouvernement wallon devait dès lors prendre une nouvelle disposition. Il ne faisait aucun doute que le confinement allait être prolongé, puisque la recherche active de carcasses de sangliers est toujours opérationnelle sous l’égide du DNF avec l’aide de militaires et de chasseurs, tout comme la chasse dans la zone périphérique d’observation, pour les chasseurs ayant reçu une formation de biosécurité.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct