Des «gilets jaunes» aux partis jaunes? Tout le monde s’interroge, personne n’y croit

© Photo News.
© Photo News.

Les partis ne sont pas débordés, pas encore, « ils sont en phase d’observation et d’attente, un peu comme nous tous », explique Pierre Vercauteren, politologue à l’UCL Mons : «  Tout le monde a compris que la contestation va bien au-delà du prix de l’essence, mais personne ne sait de quoi il retourne exactement et où tout cela conduira. »

Emilie Van Haute, du Centre d’étude de la vie politique (le Cevipol, à l’ULB), partage : « Tous s’interrogent à ce stade, dans les états-majors politiques également : la contestation va-t-elle durer, le mouvement se poursuivre ? ». Mais encore ? Quid après trois jours de blocages et de manifestations spontanées ? Les gilets jaunes, qui sont l’expression d’une colère populaire, bousculeront-ils le paysage politique ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct