Ghosn sur un siège éjectable aussi chez Renault

Un «
cerveau de la combine
»
: ainsi Carlos Ghosn a été qualifié par Hiroto Saikawa, l’actuel directeur général de Nissan.
Un « cerveau de la combine » : ainsi Carlos Ghosn a été qualifié par Hiroto Saikawa, l’actuel directeur général de Nissan. - Reuters.

Le scandale « Ghosn », puisque c’est bien d’un scandale qu’il s’agit, continue de secouer l’alliance formée par les constructeurs Renault, Nissan et Mitsubishi (Le Soir du 19 novembre). Pour rappel, Carlos Ghosn, tout-puissant patron du groupe – il cumulait les fonctions de PDG de l’entreprise française et de président du conseil d’administration des deux japonaises –, est accusé d’avoir dissimulé une partie importante de ses revenus au fisc nippon. Le parquet de Tokyo a confirmé lundi soir que le Franco-Libano-Brésilien avait été placé en détention. Selon le ministère public, Carlos Ghosn « a conspiré pour minimiser sa rétribution à cinq reprises entre juin 2011 et juin 2015 ». La somme de 4,9 milliards de yens (environ 37 millions d’euros au cours actuel) a ainsi été déclarée aux autorités fiscales alors que M. Ghosn a gagné près de 10 milliards de yens sur la période.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct