lesoirimmo

Felix Van Groeningen au «Soir»: «L’addiction peut arriver à n’importe qui»

« Je ne suis pas sûr que  Beautiful Boy  soit un film américain comme on l’entend : c’est une histoire que j’ai pu développer à mon aise, j’ai écrit ce film, j’ai travaillé avec mes collaborateurs habituels »
« Je ne suis pas sûr que Beautiful Boy soit un film américain comme on l’entend : c’est une histoire que j’ai pu développer à mon aise, j’ai écrit ce film, j’ai travaillé avec mes collaborateurs habituels » - D.R.

Alors qu’on termine l’entretien, Felix Van Groeningen vient vers nous et s’inquiète de notre première question : « Je voulais te demander parce qu’on m’a déjà fait la remarque pour The Broken Circle Breakdown, comme quoi c’était trop émotionnel. Quand tu dis que tu es peut-être trop cérébral, qu’est-ce que ça signifie ? » Toute l’œuvre du cinéaste gantois est là, dans cette question, dans ce doute. Une œuvre fondamentalement sensible.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct