Une nuit dans un hébergement d’urgence pour les sans-abri

Stéphane dort au Dourlet depuis un mois :  « J’ai essayé de passer la nuit dehors mais ma couverture ne suffisait pas à tenir  mon corps au chaud. Je suis donc venu ici. »
Stéphane dort au Dourlet depuis un mois : « J’ai essayé de passer la nuit dehors mais ma couverture ne suffisait pas à tenir mon corps au chaud. Je suis donc venu ici. » - AVPRESS.

Charleroi, 20h55, le thermomètre affiche à peine 3º. Comme chaque soir, les travailleurs sociaux du CPAS se préparent à ouvrir les portes de l’abri de nuit Dourlet. « Sur le parking, on ne sait jamais ce qu’on va trouver », lance Luc, le doyen de l’équipe avec 20 ans de métier. Quarante places sont disponibles en hiver pour héberger des SDF, dont trois pour des femmes. « Quand 60 ou 70 personnes attendent, il y a forcément de la tension : certains savent qu’ils ne pourront pas entrer, qu’ils vont devoir marcher jusqu’à l’abri supplétif situé à dix minutes à pied. » En soirée par ces températures, les usagers sont fatigués, leurs organismes ont été mis toute la journée à rude épreuve par le froid. Ils ne pensent qu’à une chose : comme le confirme Stéphane qui vient dormir depuis un mois, « on a envie de s’allonger dans un lit pour se reposer ».

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct