Le média bashing salit ses auteurs

L’assassinat de la journaliste Daphne Caruana Galizia à Mosta (Malte) en octobre 2017 avait soulevé une vague d’indignation (sur cette photo, des milliers de personnes défilent dans les rues de La Vallette, 8 mois après les faits). Pourtant, partout dans le monde, les actes de haine à l’égard de la presse, les atteintes à la liberté, et parfois même à la vie, de reporters, restent très (trop) nombreuses.
L’assassinat de la journaliste Daphne Caruana Galizia à Mosta (Malte) en octobre 2017 avait soulevé une vague d’indignation (sur cette photo, des milliers de personnes défilent dans les rues de La Vallette, 8 mois après les faits). Pourtant, partout dans le monde, les actes de haine à l’égard de la presse, les atteintes à la liberté, et parfois même à la vie, de reporters, restent très (trop) nombreuses. - Reuters.

La semaine dernière, pendant trois jours, plus de 500 journalistes venus d’une trentaine de pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Europe se sont retrouvés à la Cité de la Culture de Tunis pour les premières Assises internationales du journalisme (1). A l’entrée, des policiers armés de mitraillettes dévisageaient les passants, des agents de sécurité scrutaient les sacs à dos. Quelques jours plus tôt, à quelques centaines de mètres de là, sur l’avenue Bourguiba, une femme s’était fait exploser près d’un groupe de policiers, faisant une vingtaine de blessés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct