Cecilia Bartoli Vivaldi

<span>Cecilia Bartoli</span> Vivaldi

Les deux albums se suivent à 20 ans de distance. Le premier nous révélait Vivaldi compositeur d’opéra, fier de ses atours et de ses sortilèges, plus stupéfiants les uns que les autres. Le deuxième questionne davantage l’intime : pensif dans « Il Giustino », réfléchi dans « Ottone », espiègle dans « La verita in cimento », sans parler de cet obsédant monologue de « Catone in Utica ».

Ailleurs, le dialogue avec les instruments solistes se fait merveilleusement complice. Et voici le retour étincelant d’Orlando furioso, seul opéra de Vivaldi vraiment connu en 1999.

De bout en bout de ce programme savamment pensé et dosé, la voix de Bartoli est un ensorcellement, avec des demi-teintes qui deviennent d’envoûtantes caresses, de suaves moments d’abandon bientôt bousculés par l’éclat festif ou guerrier d’autres airs.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct