La porte de sortie de l’UE s’ouvre aux Britanniques»: Black Sunday

Theresa May ne pavoise pas, mais elle insiste
: «
c’est le seul accord possible
».
Theresa May ne pavoise pas, mais elle insiste : « c’est le seul accord possible ». - Emmanuel Dunand/ AFP.

Le château de cartes va-t-il déjà s’écrouler dans une poignée de jours ? Dix-huit longs mois de travail acharné, d’une complexité hallucinante, vont-ils être réduits à néant, faute de majorité à la Chambre des Communes britannique lors du vote prévu dans deux semaines environ, vraisemblablement le 11 ou 12 décembre ? La question hantait tous les esprits, ce dimanche, lors du sommet européen convoqué pour sceller le Brexit.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct