Pierre Marcolini: «Les joies d’un chocolat sur une tranche de pain frais»

Pierre Marcolini, chocolatier.
Pierre Marcolini, chocolatier. - Pierre-Yves Thienpont.

Bruxelles, 7 novembre 2018

À mes arrière-petits-enfants,

Je vous écris cette lettre avec l’espoir et la conviction que nous vous avons laissé un monde extraordinaire.

J’espère que vous aurez à cœur de connaître les mêmes joies que j’ai connues à la dégustation d’un chocolat sur une tranche de pain frais !

Que vous connaîtrez encore ce chocolat qui fond quand vous le tenez entre vos mains, ou sur le coin de votre bouche.

Que vous pourrez encore admirer ces cacaoyers primitifs aux noms enchanteurs : Criollo, Forastero, Trinitario…

Que le chocolat aura toujours les mêmes saveurs que j’ai connues… Des notes de fruit grillé, épicé, parfois floral.

Que sa couleur sera toujours de ce joli noir intense. Pas bleu, vert ou rose.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct