Le cinéma, cet outil de résistance

Cédric Herrou, au centre, est au coeur de «
Libre
», présenté mardi 4 décembre.
Cédric Herrou, au centre, est au coeur de « Libre », présenté mardi 4 décembre. - Laurent Carre.

Parler de grands sujets, lancer des messages. Depuis toujours, le cinéma s’imprègne de la société pour en proposer une vision nouvelle et offrir un certain recul sur l’actualité et sur la vie. Une des choses que s’emploie à faire le Festival Cinéma Méditerranéen de Bruxelles depuis 1989. À travers une sélection de plus de soixante films, de concerts et de soirées, le festival propose de s’ouvrir aux richesses des cultures méditerranéennes et aux problématiques qu’elles rencontrent.

Indissociable de la vie en Europe et dans la Méditerranée aujourd’hui, la question de la migration est au centre de plusieurs films à découvrir lors du festival. Parmi ceux-ci, Libre de Michel Toesca, documentaire fort et interpellant présenté à Cannes et consacré au combat de Cédric Herrou pour l’accueil et la protection de migrants dans la vallée de la Roya, située dans le sud de la France, à la frontière italienne.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct