La marche des gilets jaunes tourne au vinaigre

© Sylvain Piraux / Le Soir
© Sylvain Piraux / Le Soir

Il est un peu plus de 13 heures ce vendredi au carrefour de la rue Belliard, à Bruxelles. Les quelque 500 gilets jaunes venus en grande partie de Wallonie manifester leur opposition à la politique du gouvernement de Charles Michel viennent de se voir empêcher l’accès du Parc royal et d’autres rues qui mènent à la zone neutre entourant le Palais royal et le Parlement. Comme à chaque fois, la grande majorité des manifestants se résigne et décide de poursuivre la marche dans le calme. Quelques autres, régulièrement en tête de cortège et porteurs de bonnets ou de cagoules haussent le ton et haranguent la foule. Canette de bière à la main et usant d’un vocabulaire plus ou moins châtié, ils incitent à l’affrontement avec les forces de l’ordre. « S’ils ne veulent pas nous entendre dans le calme, on n’a pas le choix. Il faut montrer qu’on existe. Il faut tout casser. Ils ne comprennent que ça. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct