Christine Defraigne réoriente sa carrière: «Humainement, j’ai parfois souffert au MR»

«
Que des collaborateurs de parti dictent ce que vous devez faire, penser, ça ne va pas.
» © Bruno Dalimonte.
« Que des collaborateurs de parti dictent ce que vous devez faire, penser, ça ne va pas. » © Bruno Dalimonte.

Vendredi, Christine Defraigne a vécu son dernier jour à la présidence du Sénat. Ce lundi, elle prêtera serment d’échevine à Liège. L’occasion de se retourner sur son parcours chahuté des dernières années. Au perchoir de l’assemblée, mais aussi au sein du MR. Car cette libérale sociale s’est rebellée contre la ligne du parti sur plusieurs dossiers sensibles, ce qui ne lui a pas valu que des amis chez les bleus. Mais plutôt quelques moments de «  souffrance  », voire de «  larmes  ». Alors elle «  ne veut nullement nuire  » à sa formation, mais a plus que jamais sa «  liberté de parole  ». Qui décoiffe…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct