«En amont», le véritable nouvel album d’Alain Bashung

Photo Richard Dumas.
Photo Richard Dumas. - VÉRONIQUE VIAL ET RICHARD DUMAS.

Dix ans ! C’est ce qu’il aura fallu attendre pour entendre ces onze enregistrements (sur une vingtaine !) qu’Alain a écartés au moment de choisir les chansons retenues pour Bleu pétrole. Pourquoi si longtemps ? C’est évidemment la première question que nous avons posée à Chloé Mons, sa veuve qui est en charge de son patrimoine musical : «  Il y a eu plusieurs choses. Il m’a d’abord fallu du courage pour replonger dans les archives. Il m’était impossible de le faire juste après la mort d’Alain. J’ai donc laissé passer trois, quatre ans. Ensuite, j’ai commencé à ouvrir ses boîtes et à répertorier tout ça. Je réservais une journée par semaine pour le faire. Je ne pouvais pas plus pour l’émotion. Tout écouter, l’air de rien, ça m’a pris un peu plus d’un an. Il m’a fallu ensuite convaincre les gens. Ça, ce n’était pas gagné d’avance non plus. Tout le monde avait peur de sortir ce disque. C’est toujours compliqué.  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct