La Flandre n’a pas voulu signer l’accord avec Alibaba

Geert Bourgeois (absent sur la photo) n’a donc pas voulu s’associer à la signature avec les autres intervenants.
Geert Bourgeois (absent sur la photo) n’a donc pas voulu s’associer à la signature avec les autres intervenants. - Bert Van Den Broucke/Photo News.

Les partenaires politiques confirment un moment d’incompréhension partagé, mardi, quand la Région flamande, par la voix de son ministre-président, le N-VA Geert Bourgeois, a refusé d’approuver le texte du « memorandum of understanding » (protocole d’accord, ou MOU) que le Premier ministre, Charles Michel, le ministre fédéral de l’Économie, Kris Peeters, et les responsables d’Alibaba devaient signer le lendemain, ce mercredi donc. Kris Peeters, dont le parti est allié à la N-VA à la direction de la Flandre et au fédéral. Kris Peeters qui reconnaissait, après la signature, «  ne pas comprendre pourquoi ça bloquait. Mais tout a été vite réglé en changeant quelques mots.  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct