En Belgique, apaisement en amont, tolérance zéro en aval

Une semaine après les incidents qui ont émaillé la manifestation des gilets jaunes, les forces de l’ordre se préparent à gérer une nouvelle journée chahutée dans les rues de Bruxelles. Outre l’anticipation de nouveaux débordements, il s’agit de détecter les éventuelles infiltrations du mouvement hétérogène par des émeutiers et des hooligans, comme ce fut le cas à Feluy ou à Charleroi fin novembre.

Vendredi, la porte-parole de la zone Bruxelles-Capitale Ixelles (Polbru), Ilse Van De Keere, a confirmé que le dispositif serait d’office renforcé en personnel et en moyens, « car nous avons constaté que les gilets jaunes étaient mobiles ». Les cinq autres zones de la Région, ainsi que la police fédérale, les pompiers, la Stib et les services de prévention de la Ville de Bruxelles « collaborent en bonne entente afin d’assurer le meilleur suivi possible », assure-t-on encore rue du Marché au Charbon.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct