Gilets jaunes: un samedi dans un Paris irréel

©Reuters
©Reuters

Depuis Paris

De notre envoyée permanente

Sur l’avenue Kléber encore balafrée par la violence de samedi dernier, un fleuriste a mis devant sa vitrine brisée quelques sapins de Noël dont aucun ce samedi matin ne trouve preneur. «  Il faut bien payer les charges », dit le vendeur, briefé par son patron. En cas de nouvelle casse, il a appris comment rentrer les bouquets à toute vitesse et baisser le rideau de fer. La large artère est vide, débarrassée de la quasi-totalité des voitures. Des panneaux de bois ont été cloués sur les vitrines des commerces. À l’entrée d’un hôtel quatre étoiles, quelques vigiles sur le parvis amènent des masques. Dans le quartier survolé en permanence par un hélicoptère, on ne croise que des gilets jaunes, des hommes en noir qui dissimulent parfois leur visage et des forces de l’ordre. Irréel.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct