lesoirimmo

Crise politique: le Roi tenu à l’écart, quelles conséquences?

«
C’est un mépris inacceptable à l’égard du Palais
!
», tonne le constitutionnaliste Marc Verdussen (UCL).
« C’est un mépris inacceptable à l’égard du Palais ! », tonne le constitutionnaliste Marc Verdussen (UCL). - PhotoNews

Il fut un temps où le Roi annonçait lui-même qu’il nommait les ministres. Il fut un temps où, lorsqu’une crise secouait le gouvernement fédéral, le Premier ministre se rendait rapidement au Palais pour en informer de vive voix le monarque. Il fut un temps où l’on recourait abondamment au Roi, lorsqu’une majorité était dans l’impasse. Mais depuis deux semaines, le moins que l’on puisse écrire est que la royauté n’est pas au centre du jeu.

Et durant le week-end, c’est même un Roi « by-passé » que l’on a découvert. Charles Michel a annoncé lui-même samedi soir, en direct à la télévision, que les ministres N-VA quittaient son équipe. Qu’ils seraient remplacés par deux secrétaires d’État flamands. Et qu’il n’y aurait pas de prestation de serment entre les mains du Roi.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct