Le porteur d’histoire Un Da Vinci Code théâtral

<span>Le porteur d’histoire</span> Un Da Vinci Code théâtral

Le porteur d’histoire nous fait l’effet d’un oignon. On a beau chercher une métaphore plus seyante, aucune autre image ne nous paraît plus fidèle. Sauf une échalote peut-être. Car, pendant une heure et demie, ce sont d’infinies couches successives, pelées par cinq comédiens, qui composent la pièce d’Alexis Michalik. L’opération ne fait pas pleurer les yeux mais, par contre, essore nos méninges à force de superposer les strates narratives.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Les spectacles à l'affiche
    • Backstage- Crédit Hichem Dahes

      Fiche Backstage Turbulences en coulisses

    • d-20191007-3WHP1Z_high

      Fiche Le chant des ruines Fenêtre sur un sombre futur

    • ef9f36_5150123e370743518fd8d903366414b0_mv2

      Fiche Phèdre! Un humour réjouissant

    • Carnage-SergeGutwirth22

      Fiche Carnage Génération désenchantée

    • greta

      «Kicks / Regard(s) sur la jeunesse»: danse Greta, danse!