Antoine Blossier: «J’ai fait un film à hauteur d’enfant sans rien infantiliser»

«
On a de superbes récits traditionnels qu’on croit être poussiéreux mais cela ne tient qu’à nous de les dépoussiérer.
»
« On a de superbes récits traditionnels qu’on croit être poussiéreux mais cela ne tient qu’à nous de les dépoussiérer. » - D.R.

Antoine Blossier, bac littéraire en poche et une expérience de six années dans la pub, aime varier les plaisirs. Son premier long-métrage était un thriller horrifique (La traque). Son deuxième film était une comédie pour ado (A toute épreuve). Entre-temps, il s’est essayé à la websérie avec The Far Cry Experience.

Cette fois, il s’est emparé d’un classique de la littérature française, Rémi sans famille, d’Hector Malot. Sa volonté : remettre ce récit traditionnel au goût du jour. Son moteur : ses sensations d’enfant. C’est réussi.

Qu’avez-vous envie de transmettre en 2018 avec ce roman français de la fin du XIXe siècle ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct