Trophées francophones du cinéma : «Dans notre monde la différence est une tare. Ici c’est une richesse»

«
Même s’il y a des langues différentes, il y a un langage commun qui est le cinéma
» dit Abderrahmane Sissako, président de l’Association des Trophées Francophones du Cinéma.
« Même s’il y a des langues différentes, il y a un langage commun qui est le cinéma » dit Abderrahmane Sissako, président de l’Association des Trophées Francophones du Cinéma. - Photo News

Depuis Saint-Louis (Sénégal)

Des Oscars, mais avec moins de paillettes et plus d’authenticité. Voilà ce qui pourrait définir les Trophées francophones du cinéma, récompenses créées il y a six ans maintenant pour « célébrer la richesse et la diversité des pays de la francophonie, attirer l’attention du public et y stimuler le dynamisme de leurs filières cinéma et audiovisuel ». Après Dakar, Paris, Abidjan, Beyrouth et Yaoundé, cette grande fête du cinéma francophone s’installait ce week-end à Saint-Louis au Sénégal, ville de rencontre et de métissage.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct