Le cinéma belge à court de financement

Le film Kursk diffusé en salle cette année avait fait le plein de financement tax shelter en 2016 
: 7,2 millions d’euros.
Le film Kursk diffusé en salle cette année avait fait le plein de financement tax shelter en 2016 : 7,2 millions d’euros. - D.R.

Cherche financement désespérément. C’est le cri d’alarme que lancent en cette fin d’année plusieurs producteurs cinéma indépendants. La manne d’argent que leur garantit habituellement le tax shelter a fondu comme neige au soleil cette année. « L’année dernière, il suffisait presque de claquer des doigts pour obtenir du financement, explique le producteur Nicolas George (Les films du carré). Il y avait trop d’argent par rapport au nombre de projets. Cette année, c’est l’inverse ». Du côté de l’Union des producteurs francophones de films (UPFF), on évoque un recul compris entre 10 et 20 % des montants levés par rapport à 2017 (188 millions). D’autres parlent de – 30 %. Le chiffre exact sera connu le 31 décembre mais ce qui est certain, c’est que recul il y aura.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct