Marxiste et capitaliste, Van Rossem n’est plus

Jean-Pierre Van Rossem, évacué manu militari par les MP du Parlement, en avril 1992. Il souhaitait participer au dialogue de communauté à communauté, auquel il n’était pas convié (de même que le Vlaams Blok).
Jean-Pierre Van Rossem, évacué manu militari par les MP du Parlement, en avril 1992. Il souhaitait participer au dialogue de communauté à communauté, auquel il n’était pas convié (de même que le Vlaams Blok). - Rudolf Marton.

J ’ai une bonne et une mauvaise nouvelle à vous annoncer. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a un capitaliste de moins ; la mauvaise, c’est que c’est moi… » Nous sommes en juin 1990. Jean-Pierre Van Rossem a le don de la formule, même quand il s’agit d’annoncer sa « chute ».

L’Anversois défraye la chronique depuis quelques années. Et pour cause : il s’est enrichi avec son Moneytron, une société de gestion de fortune disposant – c’est ce qu’il prétend – d’une méthode d’investissement infaillible (ou presque) parce que fondée scientifiquement, sur l’économétrie, l’étude statistique des données économiques et financières.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct