«La question de la représentation du mal est centrale»

«
Il y a sans doute chez nous, en Corse, une familiarité plus grande avec la mort.
»
« Il y a sans doute chez nous, en Corse, une familiarité plus grande avec la mort. » - Marianne Tessier.

Cela fait quatre mois que Jérôme Ferrari prend son bâton de pèlerin pour parler de son dernier roman, A son image, qui lui a valu le prix littéraire du Monde. L’écrivain corse était de passage en Belgique, la semaine passée. Nous l’avons rencontré au Cirio, café historique du centre de Bruxelles.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct