COP24: la Belgique continue à naviguer en marge de l’ambition climatique

Malgré un certain volontarisme de Charles Michel, au moment où la coalition des pays les plus ambitieux a tenté de peser de tout son poids sur les négociations de la COP24, la Belgique est restée au balcon.
Malgré un certain volontarisme de Charles Michel, au moment où la coalition des pays les plus ambitieux a tenté de peser de tout son poids sur les négociations de la COP24, la Belgique est restée au balcon.

Malgré les déclarations de plusieurs responsables politiques, dont le Premier ministre Charles Michel (MR), la Belgique s’est tenue à l’écart des pays les plus ambitieux sur le dossier climatique. Au dernier jour de la COP24, le sommet mondial sur le climat, il est finalement apparu que notre pays ne rejoindrait pas une coalition (autoproclamée à « haute ambition ») d’une trentaine de pays réclamant des politiques climatiques nationales et internationales plus ambitieuses. L’affaire a suscité un certain émoi parmi les délégués belges. La Wallonie, Bruxelles et le fédéral avaient tous trois soutenu l’adhésion de la Belgique à ce club de « superhéros du climat » comme les a qualifiés CNN. Le gouvernement flamand est longtemps resté muet sur la question puis, mis sous pression par la Région bruxelloise, a finalement refusé que la Belgique signe l’appel de la coalition. Un débat dans lequel le fédéral a bien pris soin de ne pas s’impliquer…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct