Les Beaux-Arts à la rencontre des droits de l’homme

«
Les deux écoliers
» de Edouard Vuillard (1894) illustre les droits des enfants. Ellen Desmet (à gauche), Professeure en droit des migrations à l'Université de Gand et Isabel Vermote (à droite), historienne d'art Musées royaux des Beaux-arts de Belgique.
« Les deux écoliers » de Edouard Vuillard (1894) illustre les droits des enfants. Ellen Desmet (à gauche), Professeure en droit des migrations à l'Université de Gand et Isabel Vermote (à droite), historienne d'art Musées royaux des Beaux-arts de Belgique. - D.R.

Comprendre l’inhumanité de la peine de mort devant une sculpture de Rodin, célébrer la liberté d’expression face à une toile de James Ensor ou bien réaliser que les Belges étaient autrefois des réfugiés grâce à un tableau d’Eugène Laermans, ce sont certains des ambitieux objectifs de Fine arts & Human rights (Beaux-Arts & droits de l’homme). Ce parcours développé dans les Musées royaux des beaux-arts de Belgique, en collaboration avec Amnesty Inernational, propose de se pencher sur 10 œuvres emblématiques devenues, malgré elles, des témoignages instructifs sur la situation actuelle de notre société. «  Ce ne sont pas des artistes qui ont dessiné pour la Déclaration des droits de l’homme puisqu’elle n’existait pas à leur époque. Mais leurs œuvres nous ramènent à ça 

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct