«C’était mieux avant»

Birds Bay vient de fêter ses 40 printemps. L’occasion de tirer le bilan avec Jacqueline Castelein, sa fondatrice. Elle s’est retirée il y a dix ans et suit l’évolution de l’asbl à distance. Elle se souvient : « A mon époque, on soignait autant l’animal que l’humain. On accueillait des personnes souffrant d’alcoolisme ou de toxicomanie, des repris de justice… » Les premiers étaient envoyés par des éducateurs, les seconds exécutaient des peines de travail d’intérêt général.« Il n’y avait aucune psychologue sur place. Le simple fait de côtoyer d’autres bénévoles et des animaux leur permettait de remonter la pente. C’était très efficace 

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct