Décodage

Crise gouvernementale: ces dossiers de la suédoise qui resteront en rade

Belga.
Belga.

Ce mardi soir, impossible de savoir si le pays fonce vers des élections anticipées, en février, ou se traînera, en affaires courantes, jusqu’au triple scrutin de mai. Quelle que soit l’option retenue, elle placera une grosse hypothèque sur une série de dossiers et non des moindres... Voici donc les ingrédients... qui risquent bien de disparaître du menu fédéral.

1 La gestion du risque de délestage cet hiver (et les suivants) Avec ou sans gouvernement, le spectre d’une pénurie d’électricité qui pèse sur la Belgique est toujours bien là. Pire, au moment où Charles Michel annonçait sa démission à la Chambre, l’exploitant nucléaire Electrabel indiquait que l’indisponibilité des réacteurs de Doel 1 et Doel 2 était (à nouveau) prolongée. Ironie du sort : ce sont les deux réacteurs prolongés en début de législature par le gouvernement Michel, qui ne sont donc aujourd’hui d’aucune utilité.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct