«Quid N-VA»: 11 ans plus tard, toujours la même question...

En se rendant chez le roi Albert II en pleine crise politique en 2007, Jean-Luc Dehaene avait omis de mettre ses notes à l’abri des regards indiscrets. «
Quid N-VA
» ponctuait sa réflexion sur la formation d’un futur gouvernement. Onze ans plus tard, cette question garde tout son sens.
En se rendant chez le roi Albert II en pleine crise politique en 2007, Jean-Luc Dehaene avait omis de mettre ses notes à l’abri des regards indiscrets. « Quid N-VA » ponctuait sa réflexion sur la formation d’un futur gouvernement. Onze ans plus tard, cette question garde tout son sens. - Belga.

L’ancien Premier ministre Jean-Luc Dehaene répétait souvent qu’il était un homme politique « d’un autre siècle ». Cette considération s’avéra véridique quand l’ancien Premier ministre se rendit en août 2007 au palais royal pour aviser le roi en tant que ministre d’État. A cette époque, les négociations pour un gouvernement orange bleu à Val Duchesse avaient calé, et dans une atmosphère « de parfum de crise », le roi Albert II consultait ses ministres d’État pour permettre aux principaux négociateurs – Yves Leterme pour le cartel CD&V/N-VA et Didier Reynders pour le MR – de trouver un deuxième souffle. L’ancien Premier ministre – bien qu’il fût photographe amateur, mais manifestement d’un autre siècle – avait sous-estimé la puissance de la photographie digitale. Lors de son passage aux grilles du palais royal, Dehaene se fit photographier avec un document sur les genoux, dans lequel était notée la phrase «  Quid N-VA  ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct