Le régime soudanais soudain mis sur la sellette

Manifestation à Khartoum ce 25 décembre.
Manifestation à Khartoum ce 25 décembre. - Rtr.

Rien ne va plus au Soudan. Ce pays immense mais si discret, soumis à un régime fort sous la houlette du président Omar Hassan el-Béchir depuis… 1989, est secoué par de nombreuses manifestations. Les mots d’ordre des manifestants, d’abord socio-économiques, virent aux revendications politiques. Au point, pensent certains, que le régime fait face à un grave danger, du type de celui subi en 2011 par d’autres régimes arabes d’Afrique du Nord, comme la Tunisie et l’Egypte. La répression des manifestations aurait déjà fait 37 tués, selon Amnesty International.

Des mesures gouvernementales impopulaires ont déclenché les protestations il y a une semaine. L’augmentation du prix du pain – triplé – ou la limitation des retraits d’argent cash dans les banques ont en effet provoqué un vif mécontentement dans un pays dont l’économie souffre de maux divers, le moindre n’étant pas, depuis la sécession du Sud-Soudan en 2011, la perte des trois quarts des richesses pétrolières nationales.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct