Quand Kevin Spacey se défend en mode «House of Cards»

Début janvier, Kevin Spacey sera inculpé pour la première fois pour attentat à la pudeur contre un adolescent en juillet 2016.
Début janvier, Kevin Spacey sera inculpé pour la première fois pour attentat à la pudeur contre un adolescent en juillet 2016.

Il est dans une cuisine, en tablier imprimé de Pères Noël. Il s’adresse directement au spectateur, comme dans un épisode de House of Cards. Le regard est mi-amusé, mi-menaçant. L’élocution est la même, exactement, que celle de Frank Underwood, son personnage mythique, homme politique cynique prêt à tout pour défaire ses adversaires. Et les mots, les mots eux-mêmes, constamment à double sens, évoquent les actions et manigances d’Underwood, tout en insinuations et échos permanents aux accusations contre l’acteur lui-même dans la réalité.

Bientôt de retour à l’écran ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct