Le nouveau Houellebecq, un beau roman d’une mélancolie perturbante

Michel Houellebecq revient avec son septième roman «
Sérotonine
», dans un style plus assuré mais aussi plus profond, plus dru, sans temps mort, sans fléchissement aucun.
Michel Houellebecq revient avec son septième roman « Sérotonine », dans un style plus assuré mais aussi plus profond, plus dru, sans temps mort, sans fléchissement aucun. - Reporters

C ’est un petit comprimé blanc, ovale, sécable . » C’est le début du dernier roman, le septième, de Michel Houellebecq, Sérotonine. Cette pilule, c’est le Captorix. Un antidépresseur qui régule le taux de sérotonine, un neurotransmetteur notamment impliqué dans la gestion des humeurs, associé à l’état de bonheur et d’estime de soi. Le Captorix tente de combattre la dépression et le stress. Florent-Claude Labrouste, 46 ans, le narrateur du roman, en ingurgite chaque jour. A des doses importantes. Ce qui lui permet en effet de vivre un peu mieux, certes, mais qui, en même temps, lui supprime toute libido. Florent-Claude Labrouste ne bande plus.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct