La Protection civile à Ghlin, ce sera fini le 1er janvier

Pour Dominique, comme pour tous ses collègues, la Protection civile à Ghlin, c’est terminé. Après 33 ans de service, il vide ses armoires.
Pour Dominique, comme pour tous ses collègues, la Protection civile à Ghlin, c’est terminé. Après 33 ans de service, il vide ses armoires. - Bruno Dalimonte.

Comme c’est le cas depuis de longues années, en ce mercredi matin, Gérard est fidèle au poste à l’accueil de la caserne de la Protection civile de Ghlin. A l’extérieur, le thermomètre indique 3ºC. C’est le calme plat. Bien loin des jours d’ébullition faisant suite à de grosses intempéries ou à une catastrophe, qu’elle soit naturelle ou accidentelle. Mais au sein du personnel, le moral n’y est pas. Un seul sujet figure au centre des discussions dans les couloirs ou à l’extérieur : la fermeture de la caserne fixée au 1er  janvier prochain. Une décision prise par l’ancien ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) qui souhaitait voir passer le nombre de casernes de six à deux. D’ici une semaine, seuls subsisteront les postes avancés de Crisnée, en province de Liège, et de Brasschaat, en province d’Anvers, qui verront leurs moyens humains et matériels renforcés. Exit donc les casernes de Ghlin, Libramont, Jabbeke et Liedekerke.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct