Heidegger, ou l’antisémitisme assumé

Martin Heidegger vers 1950.
Martin Heidegger vers 1950. - Rue des Archives.

Entre 1931 et 1975, Martin Heidegger consigna ses réflexions dans 34 Cahiers noirs, ainsi nommés en référence à la couleur de la reliure. Avant de mourir, en 1976, il émit le souhait qu’ils soient édités dans la foulée de ses œuvres complètes en 100 volumes. Ce fut chose faite, en Allemagne, en 2014. Gallimard vient d’entamer leur publication en français.

Ces Réflexions constituent un document de première importance pour la compréhension non pas de l’évolution d’un homme – aucun détail intime ou trivial – mais d’une pensée, d’une quête ontologique : ce fameux « retour à l’être » qui l’occupa toute sa vie.

Ne nous leurrons pas, cet intérêt philosophique passera certainement au second plan. Les deux volumes publiés dans la « Bibliothèque de Philosophie » couvrent en effet les années 1931-1939, période durant laquelle Heidegger tenait non seulement des propos antisémites mais était membre du Parti nazi (1933-1945).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct