Une cathédrale en métal confisqué aux «nazis», le projet controversé de Moscou

Utiliser les armes capturées pour des monuments glorifiant le triomphe militaire de l’État ne date pas d’hier. Napoléon avait fait ériger la colonne Vendôme à Paris à partir de canons russes et autrichiens capturés près d’Austerlitz.
Utiliser les armes capturées pour des monuments glorifiant le triomphe militaire de l’État ne date pas d’hier. Napoléon avait fait ériger la colonne Vendôme à Paris à partir de canons russes et autrichiens capturés près d’Austerlitz. - Belgaimage.

Depuis Moscou

En Russie, plus le temps passe, plus le culte de la victoire de 1945 devient fondamentaliste. Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a annoncé le 24 décembre que le métal des armes confisqué à la Wehrmacht sera utilisé pour construire une cathédrale de l’armée russe. « C’est un travail ardu, complexe, c’est pourquoi nous souhaitons que chaque mètre de la cathédrale soit symbolique. Pour cela, nous coulerons le métal des trophées allemands dans les marches de la cathédrale », a déclaré le ministre. Émoi chez les directeurs de musées : aucun n’est prêt à se séparer de ses tanks et canons pour qu’ils soient fondus. Et d’ailleurs, la loi russe l’interdit. Personne ne sait où le ministre Choïgou va trouver ses « trophées allemands ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct