La commune de Ninove secouée par l’extrême droite

Jeudi soir, ils étaient un petit millier à défiler dans les rues du centre de Ninove. © Photonews.
Jeudi soir, ils étaient un petit millier à défiler dans les rues du centre de Ninove. © Photonews.

Retour à Ninove. Au lendemain du scrutin communal du 14 octobre, tous les médias belges s’étaient précipités dans cette commune de 40.000 habitants. Avec une question : le royaume allait-il compter un premier bourgmestre d’extrême droite en la personne de Guy D’haeseleer, tête de liste de « Forza Ninove » et par ailleurs député du Vlaams Belang au parlement flamand ?

L’homme de 49 ans avait récolté, à sa plus grande surprise, 40 % des voix alors qu’il espérait franchir la barre des 30 %. Une visite sur place avait rapidement permis de comprendre que D’haeseleer avait bâti son succès en surfant sur le sentiment de perte d’identité, notamment chez les personnes âgées. Celles que nous avions rencontrées expliquaient qu’elles voyaient d’un œil suspect l’installation de familles bruxelloises d’origine africaine, qui viennent chercher la tranquillité de la campagne à des prix attractifs mais ne maîtrisent souvent pas le néerlandais.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct